S'informer et communiquer pour un impact + sur notre vie et le monde

La communication sous toutes ses formes : inclusive, engagée, responsable…

La communication a mauvaise presse. C’est l’outil sulfureux du marketing. Parfois même synonyme de manipulation, de tromperie : « C’est juste de la com »
Un terme tellement connoté qu’on a vu apparaître le combo « communication authentique » pour essayer de réhabiliter la démarche.
Pourtant, en soi, la communication, c’est juste un outil. Elle peut aussi être au service de causes nobles, servir le bien commun et nous aider à créer une société plus juste et plus humaine.

Communication outil

Pour les porteurs de projet à impact sociétal positif, c’est un outil à se réapproprier, à nettoyer des scories du marketing et à développer pour servir d’autres objectifs que la recherche du profit.

Dans la sphère professionnelle, la communication sert la stratégie d’ une organisation (entreprise, association, ONG, institution publique…) ou d’une cause (plaidoyer, changement de comportements…)

Communication VS information

Contrairement à la simple transmission d’informations, la communication implique la mise en forme du message pour servir un objectif particulier : capter l’attention, intéresser, générer un comportement, une opinion… Elle travaille également sur la forme des messages pour les rendre saillants dans l’environnement du public visé. 

Mais sur le net, comment s’y retrouver entre communication responsable, engagée, inclusive, universelle, sociale, militante, publique, d’intérêt général… Hé bien, cela dépend de ce que vous souhaitez faire. Voici donc un tentative (sans doute perfectible) de définir le plus simplement possible différents secteurs de communication qui peuvent être investi par le non-marchand. La com’ commerciale est donc exclue de cette liste.

Communication Non marchande

Elle regroupe toute la communication du secteur non marchand : le secteur public, les associations, les ONG. Elle se distingue de la communication commerciale qui s’adresse au consommateur pour le faire acheter des produits.
Des méthodes, des règles ont été produites en fonction des spécificités de l’émetteur du message.

► Communication publique

Elle regroupe la communication du secteur public. L’ensemble des institutions et personnes sous le contrôle de l’état : les communes, provinces et régions, les écoles publiques, les hôpitaux publics…

Elle rassemble : 

  • la communication institutionnelle : information administrative, sur l’institution…
  • la communication de l’action publique : informer sur les politiques publiques menées, sur les services, les droits, les prestations, les campagnes d’intérêt général.
  • la communication d’intérêt local (informer sur la vie associative, soutenir les initiatives locales, promouvoir le territoire.

► Communication associative

Elle concerne toutes les associations et les ONG. Elle regroupe également : 
  • une communication institutionnelle qui vise à l’assoir dans le paysage et en tant qu’interlocuteur.
  • une communication des services proposés à la population. Avec souvent la préoccupation de viser un public très large (personne précarisées, isolées…). 
  • une communication d’influence (plaidoyer, revendications, campagnes de prévention, sensibilisation…). 

Objectifs de communication

Les secteurs de communication peuvent également être nommé en fonction de leur objectif, c’est le cas pour : 

► La communication institutionnelle et/ou sociétale

Il s’agit de valoriser l’image de l’organisation, la faire connaître, l’assoir dans un paysage institutionnel. La communication sociétale vise à communiquer l’engagement d’une entreprise au niveau de la société. 

► La communication d’influence

  • Communication militante ou engagée : communiquer sur une cause
    pour convaincre, faire bouger les lignes.
  • Communication d’intérêt général : Qui œuvre pour le bien commun (social, écologie…)
  • Communication sociale et solidaire : elle tente de modifier normes sociales et donc de modifier des comportements, des représentations et des attitudes. Elle se base sur des valeurs humaines et citoyennes. 

La forme des messages

► Communication authentique

Pas de *** washing (greenwashing, pinkwashing, diversity washing…), pas de contenus axés sur le buzz, la tromperie ou qui surfent sur les polémiques, les actus ou les tendances. 

► Communication responsable/ou durable

Elle intègre les aspects sociétaux et environnementaux dans la conception, la réalisation et la diffusion des différents types de communication. Autant sur le fond (écriture inclusive, messages diffusés) que sur la forme (graphisme, types de supports). On y retrouve les principes développés dans l’écoconception

Récepteurs des messages

► La communication inclusive

Elle se veut non discriminante et représentative de la diversité des personnes. Elle est donc beaucoup plus large que juste les attentions graphiques permettant d’assurer l’égalité hommes-femmes. La communication inclusive intègre également les attentions aux communautés minorisées, au LGBTQIA+, aux personnes en situation de handicap. Il y a donc une attention aux mots utilisés, au non renforcement des stéréotypes, à la compréhension des normes sociales d’autres cultures, au graphisme… Elle regroupe les techniques de l’écriture inclusive, du FALC (Facile à Lire et à Comprendre) mais aussi des règles de mise en page et de graphisme inclusif.

► La communication Universelle

Système de communication visuel permettant d’abolir les barrières de la langue.

Cet article fait partie de mon jardin numérique et est donc régulièrement mis à jour. N’hésitez pas à me faire parvenir vos réflexions pour le faire évoluer. 

Partager cet article :

Facebook
LinkedIn

Table des matières